Tous les articles

Alimentation ; traçabilité en temps réel avec la blockchain

Ça y est, c’est une réalité. Les filières alimentaires commencent à travailler sur la traçabilité des denrées périssables avec la blockchain.

Une véritable révolution numérique est en train de s’enclencher au niveau mondial. Les avantages de cette toute nouvelle traçabilité numérique sont conséquents: un enregistrement plus fiable, très rapide et partagé. Les explications de Marc Durand, Directeur des projets blockchain chez Kapalt, ont éclairé le public lors de l’atelier « Traçabilité Alimentaire et Blockchain » organisé par AppliFarm, le 15 novembre 2018, à Rennes.

Les filières alimentaires s’intéressent à la blockchain

Dans les filières alimentaires à la pointe, on se lance ! Le recours à la technologie blockchain ouvre de telles perspectives d’amélioration sur la traçabilité, que les entreprises innovantes s’y penchent avec une forte motivation. Grâce à ces nouveaux processus numériques, on est sur le point de pouvoir disposer d’enregistrements très fiables sur les produits alimentaires, de la source au consommateur, en passant par tous les maillons de la filière. Si bien que ces informations se partagent entre l’ensemble des partenaires. Et la capacité de retrouver très rapidement une information sur un produit, soit parce que le distributeur ou le client la demande, soit parce qu’un problème est signalé. Là où aujourd’hui, il faut 12 à 15 jours pour retrouver la source d’un problème dans une chaine alimentaire, il ne faut que quelques minutes avec la blockchain !

Des transactions sécurisées et partagées avec la blockchain 

Invité par AppliFarm, Marc Durand, Directeur des projets blockchain chez Kapalt et ex blockchain leader chez IBM, a « expliqué les principes de la blockchain ». Il a su captiver un public de dirigeants et cadres de l’agro-alimentaire de l’ouest de la France, le 15 novembre dernier. « La blockchain est une plateforme numérique qui permet à des acteurs d’un même réseau business, d’enregistrer des services transactionnels de façon fiable, sécurisée, partagée par les acteurs et qui ne nécessite ni tiers de confiance, ni organisme de contrôle ». Une révolution…

Fini les fichiers Excel et les classeurs épars

Alors que la situation actuelle de traçabilité, faite de multiples cahiers des charges et d’enregistrements éparpillés entre les différents maillons de la filière, sous les formes les plus diverses, allant du classeur au code barre, en passant par des tableaux Excel, la technologie blockchain regroupe uniformément toutes les données sous forme numérique, historisées, sécurisées et partagées également par tous ou partie des acteurs. Fini les enregistrements multiples et repris, avec les sources d’erreur (ou de falsification) possibles. Le gain de temps est prodigieux et la sécurisation, gage d’une consolidation des partenaires sur les marchés et vis-à-vis des clients finaux.

En route vers une plateforme partagée

Si les bénéfices sautent très vite aux yeux, le pas à franchir est immense. Pas seulement parce que la technologie blockchain reste inconnue aux yeux de la très grande majorité des dirigeants des filières alimentaires. Le cap est également culturel. Alors qu’aujourd’hui, on s’organise en interne pour enregistrer ses données de traçabilité, la blockchain ne se conçoit qu’en plateforme partagée avec d’autres : ses fournisseurs, partenaires, clients… La blockchain oblige l’entreprise à se coordonner avec d’autres, pour une vision décentralisée et partagée des datas. Nous sommes à l’aube de projets inter organisationnels. Une blockchain est un registre infalsifiable. La blockchain peut se comprendre comme un registre de données, structuré en « chaîne de blocs d’information » et utilisé pour enregistrer les différentes transactions d’un réseau pair-à-pair. Chaque acteur est un « nœud » du réseau partagé. Il existe des blockchain publiques, ouvertes à tous. Et des blockchain privées, utilisées dans un cadre B to B. C’est dans ce cadre là que se développeront les Blockchains à usage de traçabilité alimentaire. Traçabilité blockchain : comment ça marche ? La blockchain est donc une base de données « distribuée » entre plusieurs acteurs. Ce qui signifie que chacun a accès en permanence et en toute transparence à l’ensemble des données, c’est-à-dire à l’intégralité de la copie des transactions. Ces données, historisées et sécurisées sont infalsifiables. Pourquoi ? parce que les transactions sont assemblées par « block » (d’où le nom de blockchain), validées par l’ensemble des acteurs, cryptographiées et partagées par tous. Impossible de falsifier une donnée. Il faudrait pouvoir toutes les modifier pour rendre un contrôle impossible, or elles ont toutes été historisées sans retour possible !

Une traçabilité alimentaire virtuose

Walmart s’est emparé de la technologie blockchain, afin de pouvoir remonter rapidement à la source d’un problème sur une denrée alimentaire. Là où il fallait deux semaines, quelques minutes suffisent désormais, pour trouver à quel niveau de la chaine alimentaire le problème est apparu, chez quel acteur et à quel stade de la fabrication. Du temps est gagné avec un ciblage beaucoup plus précis et restreint des produits distribués en magasin et qu’il faut rappeler… Après avoir tester la blockchain sur la traçabilité du porc en Chine, puis des mangues au Mexique, Walmart a décidé d’étendre le périmètre des denrées alimentaires concernées. L’entreprise progresse a pas de géant et a engagé une collaboration avec d’autres grands groupes : Nestlé, Unilever… Plus prés de nous, le distributeur Carrefour a fait parler de lui, en utilisant la blockchain pour tracer les poulets produits et transformés en interne. Une évolution forte s’est opérée récemment, Carrefour rejoint la plateforme blockchain IBM Food Trust utilisée par Walmart…

Applifarm « la traçabilité du monde de l’élevage »

La blockchain n’est pas un outil magique, rappelle Marc Durand, mais une technologie et une démarche qui réponde à des demandes métiers. AppliFarm, jeune startup française et rennaise l’a bien compris. L’entreprise, organisée avec des acteurs amont et aval des filières de l’élevage, vient de mettre au point outils et plateforme de traçabilité pour les filières agro-alimentaires. Du monitoring permanent et sécurisé, grâce à la blockchain, opérationnel et qui devrait séduire nombreux d’acteurs du monde de l’élevage et de la transformation.